Visites reçues

1249363
Ce moisCe mois15359
TotalTotal1249363

Suivez vos dossiers

CEREMONIE SOLENNELLE DE RESTITUTION DES RESULTATS DE L'ETUDE EVALUATIVE DU PROJET PILOTE DE FIDELISATION DES PERSONNELS DE SANTE DANS LES ZONES RURALES D’ACCES DIFFICILE ET DES OPTIONS POUR SON EXTENSION

Présidée par Monsieur le Ministre de la Santé Publique, la cérémonie solennelle de restitution des résultats de l’étude évaluative du projet pilote de fidélisation des personnels de santé dans les zones rurales d’accès difficile s’est tenu le Vendredi 10 Mars 2017, dès 10 heures 10 minutes dans le salon « kribi » de l’hôtel Djeuga Palace de Yaoundé.

Y étaient présents, outre les responsables du Ministère de la Santé Publique, les partenaires au développement.

De façon globale, il en ressort que le projet de fidélisation des personnels de santé dans les zones rurales d’accès difficile a contribué :

  • au maintien des personnels dans les FOSA enrôlées et partant,
  • à la disponibilité et, dans certains cas, à l’amélioration substantielle du niveau et de la qualité des services et des soins, au vu des données collectées.

Par ailleurs, pour la poursuite en termes de fidélisation de 1361 personnels dans 496 Formations sanitaires, il faudrait débourser 714.089.340 FCFA pour les primes, 24.075.000 FCFA pour la coordination et la supervision centrale et 62.880.000 FCFA pour ce qui est du niveau régional.

En conclusion, Monsieur le Ministre de la Santé Publique a relevé que, suivant la nouvelle orientation du projet, 1360 personnels sont concernés dans 500 formations sanitaires, pour un besoin de financement de l’ordre de 800 millions de FCFA par an. Disposant d’une provision de 100 millions de FCFA en 2017, la question se pose de savoir comment mobiliser les 700 millions restants.

Aussi, le Ministre de la Santé Publique a-t-il recommandé de :

  • Poursuivre les négociations avec les partenaires en étant davantage persuasifs pour produire une feuille de route permettant d’obtenir des financements pour la mise en œuvre du projet ;
  • Améliorer les conditions d’accueil des personnels dans ces zones difficiles, notamment en construisant des logements d’astreinte alimentés en eau et en électricité.
  • Poursuivre les réflexions pour la prise en charge des personnels par les Collectivités Territoriales Décentralisées, les maires étant les présidents des Comités de gestion des formations sanitaires ;
  • Mettre sur pieds un système (Observatoire des RHS et CSIGIPES) permettant d’identifier les personnes enrôlés dans des projets spécifiques ou ayant suivi des formations précises et qui par conséquents ne devraient pas être affectés avant un certain temps.